MENU

Article de E.C. Belli

Aquarelliste Charlotte Probst aime les défis. Même en peinture ? Surtout en peinture. Voilà qui explique son choix de technique. « Avec l’aquarelle, » Probst révèle, « on ne peut pas se tromper ». La couleur coule, foule la page, se place et sèche—et le paysage est figé en un instant. Le peintre n’a qu’une seconde pour saisir la lumière, créer ses formes, bâtir ses tons avant que le tout ne se cristallise. « Les échecs sont inévitables », elle ajoute. Une seule chose est certaine : l’imprévu. Et l’imprévu est précisément ce qui rend la peinture de Charlotte Probst toute à la fois mystérieuse et attrayante.
Comme tous les aquarellistes de renommée, Probst excelle à l’art subtil de la suggestion. Les contours des éléments qui peuplent ses toiles sont contrôlés et libres, tout en même temps, ce qui permet à ses paysages d’être réels sans pourtant être littéraux, limités ou simplistes. Mais Probst dépasse ses collègues aquarellistes grâce à un élément fondamentalement nouveau. Un élément dont on ne se souvenait plus et qui était tombé dans l’oubli : le logos.

Chez les stoïciens antiques, le logos est défini comme le feu divin ou le souffle chaud qui imbue tout ce qui nous entoure et y donne vie. On imagine toujours les aquarelles—surtout en comparaison à la peinture à l’huile—comme étant légères, allusives, charmantes. Probst y ajoute maintenant un paradoxe, une gravitas, une dimension philosophique, le souffle chaud du monde : le logos justement. Grâce à cet élément, l’art de Charlotte Probst est bien plus qu’une simple représentation de la nature. Ses peintures sont vivantes. Elles ont une conscience. La raison pour l’univers semble évidente, claire en les admirant ; et de défiler dans une galerie remplie de ses toiles devient un voyage quasi-philosophique.

Paul Klee décrit la responsabilité de l’art en une phrase : « L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible ». Dans les toiles de Charlotte Probst, une vérité est cachée puis découverte, comme d’après Klee. Au final, Charlotte Probst est une aquarelliste moderne, sans tabous, qui se veut de faire parvenir le souffle chaud du monde à son publique. C’est une artiste non seulement à respecter mais surtout à voir et revoir pour découvrir les secrets cachés du monde. Bon voyage au pays du charme.

E.C. Belli, N.Y.